La dernière fois que j’évoquais mon rapport au corps avec des photos de moi, c’était il y a presque 2 ans. En 2 ans, j’ai gagné 10 kilos, j’ai eu une grosse traversée du désert avec mon corps et une grosse claque que j’évoquais avec beaucoup (trop?) d’émotions en vidéo. Quelques mois après, je peux vous en parler avec beaucoup plus de sérénité, car aujourd’hui, je peux dire que je vais mieux, beaucoup mieux.

Si j’arrive à en parler de façon plus détachée après cette explosion, c’est que j’ai enfin réussi à prendre du recul sur moi-même. Et pour y arriver, il en a fallu du temps ! A l’âge de 25 ans, je peux dire que j’ai enfin compris pourquoi ça n’allait pas et comment aujourd’hui je sais quel chemin emprunter pour arrêter de me flageller, physiquement et psychologiquement.

J'ai décidé de m'aimer

Si vous avez vu la fameuse vidéo, j’ai vraiment eu un choc à cause du chiffre sur la balance, ce poids qui me renvoyait dans mes tours en me mettant en pleine poire que je pesais pas loin des 100 kilos. Dans notre société, la balance, le poids, les chiffres, la taille de pantalon, ce sont des infos assez percutantes : on quantifie ton IMC, ton droit à être dans la case des gros, des minces, des gens normaux. S’ajoute à ça le discours plus que moralisateur que j’ai reçu de ma gynéco (que je ne reverrais plus jamais, adieu, poubelle, bye bye) dans un moment où j’étais moi même dans la position (au sens propre et figuré) la plus inconfortable, voir humiliante de la journée.

Quelques semaines après cette dure journée, je suis repartie sur un chemin que je connaissais bien : celui du régime.

Oui oui, tu sais celui du soit-disant « rééquilibrage alimentaire » (à la con) facile à suivre (plus qu’à suivre les indications qu’on te donne) et que je voulais faire en pensant bien faire. Ben oui, y’a pas le mot régime dedans mais en soi, c’est bien un régime : dès que l’on se force à se restreindre, on s’oblige à ne pas manger, boire, faire… C’est un régime.

Quand je suis sortie de mon rendez-vous avec la nutritionniste, le soir même, je placardais mon nouveau menu sur le frigo. Je savais déjà au fond de moi que quelque chose clochait. Je m’arrête 30 secondes devant et là, je me dit : « Non mais t’es con ou quoi ? Je n’ai pas envie de faire ça  en fait. Qu’est ce que je fous encore ? »

50 euros la consultation, le bol en plastique mesureur et le guide menu avec les 100gr de féculent le matin : poubelle. Ca fait cher la prise de conscience mais ce n’était que le début. Sauf que j’avais envie d’aller mieux, pas folle la guêpe. J’étais prête à aller mieux quoiqu’il arrive, mais pas prête à tout pour rentrer de nouveau dans un 38/40. C’est à ce moment là que je me suis ouverte à de nouveaux horizons. Que j’ai laissé mon égo de côté pour mieux comprendre pourquoi, avant d’agir n’importe comment. J’ai lu : Fuck les régimes, Zermati (merci Sonia !), j’ai regardé des conférences sur l’association GROS, j’ai commencé à appliquer quelques conseils que j’avais compris chez Zermati et avec lesquels j’étais d’accord. A m’écouter et arrêter d’écouter des discours comme le « pas assez », « il faut faire plus », « il est temps de perdre du poids sinon tu vas être malheureuse. Et morte si ça continue ».

J'ai décidé de m'aimer

Et puis j’ai commencé à comprendre et et surtout ressentir la différence, le gros changement que j’attendais : je me sens bien. PUTAIN DE BIEN ! Cette sensation de bien-être en toi, tu te sens à ta place, tout de suite, maintenant. Alors non les kilos ne s’envolent pas, je ne perds pas une taille par mois, mais je me sens bien et ça, ça vaut toutes les tailles en moins de pantalon. Ce n’est pas rose tout le temps, j’ai des journées où je me sens con, moche, grosse, comme beaucoup de gens, comme avant en fait. Mais j’ai appris à regarder ces émotions, les accepter et me poser des questions : Pourquoi je me sens moche ? Est-ce que je suis fatiguée, contrariée ? Ai-je reçu une mauvaise nouvelle au boulot ? Peut-être que j’ai besoin d’une pause. Parfois, je me sens moche et nulle, grosse et pas à ma place parce que j’ai mal dormi la nuit. Depuis que je m’interroge, que j’ai un petit dialogue intérieur, la raison du « pourquoi je ressens ça » est devenue beaucoup plus facile à comprendre.

Quand j’ai regardé les photos de cet article, j’ai dit à Rémi « ah dit donc j’ai des seins, on voit vachement mes mollets et mon bide ». J’ai regardé les photos 5-10 minutes et après je me suis dit que j’étais bête : forcément qu’on les voit, c’est mon corps, c’est moi et puis voilà.

J’ai envie d’aimer mon corps comme il est, maintenant. Pourquoi attendre ?

Pourquoi attendre de s’aimer, d’accepter ses cuisses, son ventre, d’accepter ce qu’on est ? De toute façon, les détester me demandera 3 fois plus d’énergie et je ne maigrirais pas plus vite, au contraire. Le but c’est quand même d’aimer ce que je suis aujourd’hui, de prendre ce qui changera en bonus. Parce que passer son temps à rentrer le ventre ou ne pas acheter du 44 parce que tu as l’impression d’être une grosse merde, c’est juste te faire mal autant physiquement que psychologiquement. Tu n’es pas à l’aise dans tes vêtements donc tu te sens mal, donc tu te sens grosse, donc tu te sens nulle. Super le cercle vicieux.

De cette manière, je fais sauter toutes les barrières que j’ai : le sport collectif que je ne faisais plus car j’avais l’impression d’être une baleine et qu’on ne voyait que moi, manger une glace en public, mettre des jupes sans collant, acheter des vêtements maintenant et pas plus tard parce que voilà, 10 kilos en moins je me récompense… Surtout plus de récompenses sur le changement physique, plus de « j’achète cette robe pour quand je ferais du 40 ». Non, maintenant j’achète la robe en 44 parce que je veux la mettre maintenant, point.

J'ai décidé de m'aimer

En quelques mois, j’ai (ré)appris à aimer faire du sport pour le sport, d’aller au-delà de mes limites, me dépenser parce que ça fait du bien, pour être fière de moi, pour me faire du bien. J’ai aussi appris que ce n’étais pas grave de stopper le sport quand on n’était pas en forme (ça c’est moi maintenant et ma culpabilité de « j’en fais pas assez »). J’apprends à manger à ma faim, quand j’ai envie, qu’il n’y a pas de mauvais choix quand on mange. A accepter mes émotions, que parfois je les mange, mais de comprendre pourquoi pour mieux agir vis à vis de moi-même la prochaine fois. Manger un dessert le soir, ne pas manger le lendemain matin parce que je n’ai pas faim. Et non, ce n’est pas sauter un repas pour faire 1500 calories dans la journée parce que je ne compte rien.

Les calories, je m’en tamponne l’oreille avec une babouche.

C’est apprendre à se faire confiance sur tous les plans. Se donner le droit à l’erreur parce que c’est normal, on n’est pas parfait, on ne le sera jamais. C’est être indulgent avec soi, manger varié, se dépenser, voir son corps changer de l’intérieur et de l’extérieur, sans vouloir faire du 38 cet été. Ma seule limite, c’était moi. J’ai trouvé la clé, ouvert la porte, maintenant je fonce et je dis merde à tout ce qui me dit le contraire en pensant savoir mieux ce que je ressens, alors qu’ils ne sont pas dans mes baskets. Je n’attends plus la destination, je profite du chemin et c’est mille fois mieux que ce que j’aurais cru.

J'ai décidé de m'aimer

J'ai décidé de m'aimer

J'ai décidé de m'aimerT Shirt – New Look
Jupe – New Look
Chaussures – Nike
Culotte spéciale jupe (très important) – Uniqlo

31 Petits Mots

  1. Bonjour Kinoko

    Ça fait un petit moment que je suis tes aventures maintenant et ton article m’a énormément touchée.
    Cette sincérité avec laquelle tu t’exprime est magnifique ! Tu es une personne magnifique ! En te souhaitant le meilleur pour l’avenir ♡

    Elisa

  2. Tu es magnifique. Et quel bonheur de voir des corps qui nous ressemblent sur les blogs.

    (C’est quoi cette histoire de culotte spéciale jupe?? Ca m’intrigue!)

    Merci.

    Adansoniae

    • Kinoko Répondre

      Oui ça fait du bien :)
      Aha ;) Cette « culotte » spéciale jupe (ou autre), je dois vous en reparler car c’est franchement un truc qui change la vie (cf bonjour quand tes cuisses se frottent !)

  3. Hello la belle,
    Tu es magnifique et rayonnante sur les photos, j’adore ! J’aimerais être en paix avec mon corps mais c’est pas gagné, c’est un chemin compliqué^^
    Bravo à toi d’y arriver, on se dit qu’on y arrivera peut être du coup^^
    Gros bisous à toi :)

    • Kinoko Répondre

      Merci beaucoup :)
      J’apprends tous les jours à faire la paix avec le mien, pour moi ce n’est jamais totalement acquis car il y a des jours avec et des jours sans. Par contre, comme je l’explique, quand on est tolérant, qu’on lâche prise et qu’on apprend à accepter ce qu’on ressent, on devient tout de suite plus amis avec lui ;) C’est possible, tu y arriveras aussi

  4. On notera la référence à Naheulbeuk ;)

    Très bel article sur l’acceptation de soi ! Le meilleur reste à venir.

  5. Génial, du body positif oui !! J’ai adoré, c’est très touchant et authentique. Authenticité qui est difficile à avoir sur les blogs de nos jours…
    Je me reconnais aussi dans certains aspects, des jours « où je suis moche » et des jours « acceptables ». Faut se dire qu’on vivra avec « lui » toute sa vie alors faut accepter et se libérer. Ayant un handicap léger certes, mais qui fait que un coté je chausse du 41 easy et l’autre du 42/43, tu vois le genre. Deux morpho en une alors la galère de chaussures, de pantalons et tour de bras plus petit d’un coté que de l’autre, …mais ce n’est pas pour autant que je le cache (sauf pour les jupes où j’ai encore vraiment du mal même à 27 ans). Tout ça pour dire, que des personnes qui partagent comme toi leur ressentis, leur état d’esprit un peu à contre courant ben ça fait du BIEN !!
    Bisous ! ♥

    • Kinoko Répondre

      Oui il en faut plus dans la blogo ou sur Youtube, je trouve que ça manque un peu de body positivity ;)

  6. Oh que ça fait du bien de lire ton article ! Ma prise de conscience sur mon poid date d’il y a 10 jours, car je me marie l’année prochaine et je pense que ça a fait un déclic dans ma tête. Je m’aime comme je suis mais malgré tout je m’empêche certaines choses par peur du regard des autres, et j’aimerais me décomplexer. Pour mon bien je vais prendre soin de mon corps et de mon mental également. Pour me sentir bien le jour J et plus encore. À bientôt Kinoko !

    • Kinoko Répondre

      Merci :) Tout est possible, en tout cas tu es sur le bon chemin c’est le principal si tu te sens mieux. C’est top !

  7. C’est incroyable comment ton article me touche au coeur ! Cette affirmation de soi sans compter le poids, c’est tout ce qu’il faudrait que je fasse. Entre 2011 et aujourd’hui je suis passée de 72 à 91kg (pour 1m77). Et concrètement je ne les assume plus depuis que j’ai dépassé 80. Ça ne m’empêche pas de porter des jupes et robes tout l’été, mais je me sens de plus en plus mal. A coté mon conjoint a perdu 21kg (de 106 à 85) sans faire beaucoup d’efforts, et ma famille fait sacrément pression sur moi pour que je perde du poids (ma mère m’a déjà demandé si j’étais enceinte, et a insisté pour que je fasse un test de grossesse, tout ça parce que j’ai du ventre, merci maman). L’été s’approche et pendant ce temps mon anxiété gagne du terrain, et c’est sûrement lié. Depuis 2 ans je travaille en horaires décalés et depuis un an exclusivement de nuit, du coup il est certain que mon mode de vie a un impact sur mon poids. Mais je suis incapable de me mettre en mode régime. Ce n’est même pas spécialement mon corps que je déteste, mais ces vêtements qui me serrent.. Bref désolée pour le pavé, il est inutile mais tout ça pour te dire merci, merci de dire tout haut ce que je devrai penser aussi !

    • Kinoko Répondre

      Oh merci :) J’aime les pavés aha. En tout cas sache que ce qui m’a notamment aidé c’est de m’interroger et de comprendre (rationaliser) le pourquoi de mes émotions. Tu as l’air d’avoir déjà connaissance de certaines choses comme la pression familiale (que je connais si bien). C’est déjà un pas et une victoire de savoir ce qui dérange et tu as l’air sur la bonne voie :)

  8. Un article qui fait du bien, parce que c’est chouette de voir que tu te sens beaucoup mieux ! Mais aussi parce que tes mots me touchent, moi qui bataille aussi avec le soucis d’acceptation de soi, j’ai adoré lire ton article.
    Grosse bise !
    (Et je confirme, ce look façon pinup un jour de printemps te va super bien !)

  9.  » je n’attend plus la destination mais je profite du chemin « . . . Quelle magnifique phrase qui résume telement bien la vie !!!
    Merci pour ce joli article.
    Je te lis régulièrement mais n’ai jamais commenté mais là !!! J’aime trop
    Une lectrice de presque 40 ans qui est aussi passé par ces phases et qui te dis, continue comme ça le meilleur est à venir, la vie c’est chouette !!!!

    • Kinoko Répondre

      C’est tellement vrai et ça soulage d’être un peu plus tolérante avec soi :D Merci pour ton commentaire, à bientôt sur le blog !

  10. Tu es resplendissante Julie ! Ta bonne humeur sur les photos et les fringues gaies que tu portes mettent en valeur ton humeur pétillante et heureuse de vivre, qu’est que ça fait du bien de lire ton article ! Qu’on soit grosse ou maigre ton écrit fait vraiment du bien et même à moi qui fait du 36. Pourquoi ? Parce qu’au fond que ce soit le poids ou autre chose on est toujours trop dure avec soi même et ton billet s’applique à tous car on s’inflige tous des horreurs tous les jours sur un point ou un autre. Merci Mouahhhhhh !!!

    • Kinoko Répondre

      Oh merci beaucoup :D Oui en effet mon article s’adresse à tous les corps et ça fait du bien de se libérer de tout ça ! Aimons nous :D

  11. Ma petite Julie, comme c’est agréable de lire cela! Mais je crains encore une fois que tu n’aies pas à me remercier, tu étais prête et ouverte à recevoir les lumières du Docteur Zermati, je n’ai fait que te soumettre son existence :-)!
    Le cheminement que tu dépeins me renvoie au mien qui fut très similaire et qui est intervenu à peu près au même âge! J’ai eu envie d’être libre et libérée! J’ai compris que vouloir ressembler à d’autres était une chimère et qu’il était urgent de devenir moi et que finalement ce « MOI » était aimable et que je me devais de m’aimer puisque d’autres y arrivaient bien alors pourquoi pas moi ! Et ce que j’ai constaté c’est qu’une fois qu’on sort le nez de son nombril, cela ouvre des perspectives infinies, on s’ouvre aux autres et à la vie, on ne s’empêche plus rien, tout devient possible et surtout une chose essentielle que j’ai apprise c’est que finalement ce fameux regard des autres qu’on redoute tant, n’existe pas ou si peu. La plupart des gens sont eux-mêmes prisonniers de leurs problèmes et s’en foutent bien de savoir que tu rentres dans du 32 ou du 48. Alors il n’y a plus une seconde à perdre et croquons la vie à pleine dent selon l’expression gourmande consacrée ;-) Enormes bisous <3<3

    • Kinoko Répondre

      Sonia, même si j’étais prête, tu m’as quand même accompagné en me donnant les clés et les possibilités et ça je ne peux que te remercier :) En tout cas tu as bien raison, la plupart des gens sont prisonniers de leurs soucis et nous même des nôtres. On a tendance à l’oublier et ça permet de relativiser grandement les choses ! Des bisous <33333

  12. Il est super ce billet.. Et pour plusieurs raisons; le cheminement de ta pensée, l’acceptation, la récompense de l’épanouissement..
    « acheter des vêtements maintenant et pas plus tard » je me reconnais tellement dans cette petite phrase que tu me donnes à y réfléchir. En tout les cas j’adore ton look et ta réflexion, j’espère que cet article en aidera plus d’un(e), il en faut plus dans la blogo !

    • Kinoko Répondre

      Merci :) J’espère qu’on aura plus de body positivity sur la blogo aussi !

  13. Merci pour cet article, moi aussi j’ai « décidé » mais le chemin est long et trouver les raisons du mal être n’est pas si évident, même si j’ai quelques soupçons. Ca fait du bien de lire ce genre d’article.

  14. Coucou Kinoko je rejoins un commentaire plus haut, » que ça fait du bien de lire ce genre de message ».
    J’ai fait le même constat que toi il y a moins d’un an, je t’ai battu j’ai mis 40 ans lol. Grâce à une coatch en développement personnel formidable, je lui dois pleins d’autres changements importants dans ma vie d’ailleurs
    Même si je suis pas dans la normal, je m’apprécie comme ça. J’ai d’ailleurs voulu retenter un rééquilibrage alimentaire en début de semaine. J’ai ressorti les livres et fiches d nutritionniste. Résultat : au bout de 2 jours je me suis senti frustré et encore plus ronde. Je me suis dit  » mais pourquoi tu te fais du mal comme ça ! »
    Donc je remets tout au placard. Je mange quand j’ai faim, ce qui me fait envie et c’est tout. J’arrive à m’habiller pas trop mal donc ça me va.
    Je suis très interressé par cette fameuse culotte ( je me mets que très rarement en jupe car mes cuisses s’embrassent à longueur de journée. )
    Gros bisous ma belle et juste MERCI.

    • Kinoko Répondre

      Merci à toi aussi et surtout, écoute toi comme j’ai pu le lire dans ton commentaire. Ca fait du bien et tu verras, se faire confiance ça permet d’ouvrir le champs des possibles ! Quelle liberté :D
      Je parlerais de la fameuse culotte bientôt je pense ;)

Ecrit un Petit Mot