Hello, c’est moi.  Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler de mon chemin vers l’amour de soi. Ce qu’on pense souvent comme de l’égoïsme ou une trop forte estime de soi, alors que nous avons si peu de considération pour nous même au quotidien. Apprendre à s’aimer n’était pas une priorité pour moi.

Avec le temps, je me suis aperçue que l’on apprenait plus à pointer ce qui manque chez nous, ce que l’on pourrait améliorer, que ce qu’on aime chez soi. Je souhaite être tellement plus comme ci, comme ça, et je ne suis jamais heureuse d’être moi. Depuis un an, j’ai entrepris ce chemin qui consiste à apprendre à m’aimer. Je voulais vous partager les étapes que je traverse et que je fais pour apprendre l’amour de soi.

1 – Se rencontrer, se retrouver

J’ai mis du temps à comprendre que j’avais perdu le contact avec moi même, avec mon corps, mes émotions vis à vis de moi même, comme si j’avais anesthésié cette relation, coupé les ponts, car c’était trop dur à supporter. J’étais tiraillé entre « je dois m’aimer à tout prix » et «  à quoi bon de toute façon je ne suis pas ce que je souhaite, je ne mérite pas de m’aimer ainsi ». Mais avec un peu de recul et parce que je me sentais prête à faire cet exercice et ce chemin pour me retrouver, j’ai commencé à me pardonner et j’ai décidé de reprendre contact avec mon moi d’aujourd’hui.

Pas celui du passé ni ce que j’espérais devenir : ce que je suis, maintenant. Pour ça, j’ai d’abord entrepris de retrouver le contact avec mes 5 sens, avec mon corps, ce qui était visible de moi : me regarder dans le miroir, juste pour voir ce que j’étais, comme si je ne m’étais pas vu depuis longtemps (et c’était le cas).

Toucher ma peau, mes bosses, mes cheveux, mes cicatrices, regarder ce que je suis, sans jugement.

Me voir vraiment de façon régulière, de façon détachée, sans chercher à pointer les moindres défauts m’a permis d’accepter peu à peu mon corps d’aujourd’hui. Trouver le temps de se voir, d’exister : d’être tout simplement.

Prenez le temps de vous voir, de vous dire bonjour, d’être là pour vous, d’être présent pour vous.

2 – Être à l’écoute de soi

On a souvent tendance à refouler ce que l’on est en pensant devoir changer, physiquement, émotionnellement. On se force à être ce que l’on n’est pas pour être aimé ou s’aimer plus.

Être dur avec soi même, ce n’est pas être honnête, mais se faire mal. Et tous ces efforts pour être différente me rendent plus triste, honteuse, dans le regret et la colère. Pourquoi continuer à mettre autant d’énergie dans quelque chose qui me fait mal ?

En étant à l’écoute de mes émotions, de ce que j’aime, ce que je ressens, pour sentir qui je suis vraiment a été un soulagement. Que ce soit à travers la méditation, des activités qui me plaisent comme la lecture, regarder une série, mais aussi le silence et ne rien faire, j’apprends aujourd’hui à respecter ce qui compte pour moi, à agir selon mes valeurs et mes choix pour une paix intérieure méritée.

Être à l’écoute de soi c’est aussi apprendre à dire non ou oui, poser les limites qui s’imposent pour vous. Faire le tri de ce qui vous plaît ou non, de ce qui vous correspond pour être en accord avec soi.

Ecrire ce que je ressens, sans chercher à faire quelque chose de beau, juste à vider ma tête, mon sac m’aide à faire ce tri. C’est ce que j’essaye en ce moment et même si ce n’est pas facile (je me sens un peu bête parfois),  écrire me soulage et me permet de remettre un peu d’ordre entre ce que je pense, ce que je ressens, ce que je veux pour moi. Cela permet de laisser aller les pensées ou de chercher une solution à ce qui me préoccupe en couchant tout sur le papier.

3 – Penser et parler en bien de soi

Vous connaissez cette vieille habitude qu’on a de regarder quelqu’un et de se dire qu’ion aimerait avoir le même corps, le même aplomb, la même confiance en soi ? On reste prisonnier d’une image que l’on voit, on se compare et on s’autorise à penser des choses qui font mal nous concernant.

Saviez-vous que les personnes bienveillantes avec elle même acceptent plus facilement les erreurs et les échecs comme quelque chose d’inévitable ?

La bienveillance permet d’être plus serein, moins enclin au stress ou à la colère. Être compréhensif et compatissant envers soi est un schéma que l’on connaît moins, car on a souvent tendance à se remettre en question et prendre tout pour soi, mais en se détachant de ça et en apprenant à parler en bien de nous même, l’amour de soi arrive peu à peu.

Transformer les reproches que l’on se fait en pensée puis action positive. Se respecter soi même en s’affirmant, en disant les choses que l’on pense. Utiliser le mot « je » ou parler en son nom pour s’affirmer pour soi et aux yeux des autres.

Pour s’aimer, j’ai aussi besoin de prendre le temps de reconnaître mes réussites, mes efforts, mes succès. Avoir de la gratitude n’est pas facile, car on pointe du doigt plus facilement les échecs, le peu mieux faire, le « à améliorer », car c’est ce que l’on nous a toujours appris : ne pas montrer que l’on  réussit, que l’on est fière.

Dans un monde où la réussite est  montrée comme une source d’envie, de jalousie, d’égocentrisme, on a tendance à ne pas trop en faire et pourtant, c’est comme ça que l’on s’oublie aussi et que l’on n’est jamais satisfait de ce que l’on fait. Noter régulièrement sur un carnet ou même votre téléphone, 3 choses pour lesquels vous êtes fière ou heureuse d’avoir accompli vous permet de remettre en perspective les choses positives que vous avez réalisées (oui parce qu’elle existe, mais on ne prend plus le temps d’en profiter, c’est bien dommage). Comme une rencontre agréable, un sourire que vous avez rendu, un projet professionnel qui avance, un repas que vous avez préparé : des détails, mais le principal c’est de garder l’émotion ressentie liée à ce moment. Et ça fait du bien, non ?

Une dernière chose : entourez-vous le plus possible de gens qui vous veulent du bien.

Exit les gens toxiques, négatifs en boucle et qui vous traînent vers le bas. C’est parfois compliqué, car une personne toxique vous est proche, vous l’aidez beaucoup, elle vous aime et vous aussi, mais prendre de la distance pour vous retrouver vous aidera à ne pas vous laisser entraîner par le ressentiment négatif de cette personne. Vous vous ferez un cadeau en faisant ça.

4 – Prendre soin de son corps

«  Votre corps est précieux. Il est votre véhicule pour l’éveil. Prenez-en soin. – Bouddha »

Prendre soin de soi est quelque chose que j’ai souvent négligé ou remis au lendemain.

On n’oublie souvent que notre corps est le réceptacle de tous nos maux et que c’est le seul que l’on a. Prendre soin de lui chaque jour à travers des petites choses me fait le plus grand bien. A commencer par l’écouter : avoir mal quelque part quand je me surmène au travail par exemple est un signe de ras-le-bol, il me dit stop.

Apprendre à bien respirer, la respiration calme prend le temps de vraiment respirer : c’est quelque chose de fondamental pour moi. La méditation m’aide à me concentrer là-dessus mais c’est aussi à travers des pauses, des retours au calme entre deux heures de travail par exemple que de grande respiration me font du bien et m’éloigne du stress.

Faire du sport, faire son sport surtout. Marcher, se lever, s’étirer, essayer des exercices. Du yoga, des exercices de musculation, du CrossFit, chez vous, en salle, avec quelqu’un ou seul. Trouver ce qui vous fait du bien, sans pression. Juste dans la régularité pour déverrouiller tout ça et sortir peu à peu de votre zone de confort.

Prendre soin de soi c’est aussi les soins et notamment se masser. Je trouve que c’est un retour à soi très propice à se faire du bien, le bien-être que l’on s’apporte par le massage est très agréable. Une huile, une huile essentielle, masser ses pieds, ses mains ou ses tempes. Prendre le temps de le faire quelques minutes régulièrement en trouvant les soins qui vous conviennent c’est vraiment très agréable. Je suis sensible aux odeurs et cela joue beaucoup sur moi, sur ce moment qui m’apaise, me fait du bien.

Allumer une bougie, faire un soin, prendre un bain, mettre du parfum, se maquiller, prendre un bain de pied : je ne vous dis pas de faire tout, mais de trouver ce qui vous fait du bien à vous. Ce qui vous plaît. Il y a tellement à dire sur prendre soin de son corps que je pourrais en faire une tout autre vidéo si cela vous dit. 😉

Je terminerais quand même par le câlin.

Saviez-vous que faire un câlin réduit la pression artérielle, relâche les muscles, améliore la confiance en soi, diminue le stress et l’anxiété et libère de la dopamine (l’hormone du plaisir, qui fait du bien) ?

Câliner quelqu’un ou même caresser son animal de compagnie, chien, chat par exemple, peut vous faire beaucoup de bien. Parfois un câlin suffit pour se sentir plus léger, n’est ce pas ?

Pour terminer, apprendre à prendre son temps

5- Apprendre à prendre son temps avec soi

Prendre le temps, c’est quelque chose que j’ai dû mal à faire, surtout envers moi. Tout doit aller vite, car on apprend à aller vite, on a l’impression qu’on doit tout faire vite, tout nous presse, nous oblige, alors que non.

On peut faire les choses lentement, les choses à son rythme. Apprendre à patienter, à faire les choses selon votre agenda, vos délais n’est pas mal, au contraire.Il n’y a pas de mal à être plus lent ou plus rapide qu’un autre dans l’apprentissage.

Apprendre à s’aimer est un chemin personnel. J’ai mis du temps à le comprendre.

Je réalise aujourd’hui qu’il m’a fallu un an pour comprendre mes mécanismes, ce qui me blessait avec mon corps, avec mes émotions, à me détacher du jugement que j’avais envers moi, pour mieux guérir ma tête et mon corps. Me comparer à des exemples extérieurs, des gens qui font « mieux » ne m’a pas aidé. Il n’y a pas de comparaison possible avec le chemin de l’amour de soi : nous avons tous le même objectif, mais pas le même vécu, parcours, envies, obstacles. Le temps est votre alliée.

Et si on était plus patient et que l’on se disait des choses qui font du bien pour avancer à notre rythme ? Des choses qui nous encouragent à nous sentir mieux, nous donnent de la force, nous donnent les clés pour se sentir bien avec soi même sans être dépendant des autres ?

S’aimer soi, c’est pouvoir aimer l’autre encore plus. Nous avons le droit de nous aimer et cette croyance qui nous force à ne pas le faire n’est pas saine. Nous n’avons pas à nous excuser d’exister, chaque petit pas compte et rien n’est fixe. Je sais que c’est un chemin et que la vie me réserve des surprises. Je ne serais pas la même demain. Mais c’est toute la richesse de l’existence : apprendre à s’aimer pour que l’aventure qu’est ma vie soit encore plus belle.

Prenez soin de vous

2 Petits Mots

  1. Je découvre ton blog grâce à la Une Inspilia, et j’en suis tombée amoureuse ! Un vrai espace de bienveillance et de calme ça fait du bien. Merci pour ce bel article et félicitations pour ta superbe vidéo ! J’hésite depuis quelques semaines à lancer ma chaîne Youtube (peur de montre mon visage à l’écran …) et je suis admirative de ton travail de montage.
    A très bientôt !

Ecrit un Petit Mot