L’argent, le nerf de la guerre, mais aussi une notion importante à prendre en compte tout au long de votre vie de freelance. Votre rémunération ou revenu en tant que freelance, c’est une nouvelle chose à gérer car pour beaucoup plus de fiches de salaire tous les mois et un revenu qui tombe (à peu près) à la même date et du même montant.

En étant freelance, gérer sa rémunération est ultra important et vraiment prise de tête. Quand Julia, m’a proposé de tester son coaching pour apprendre à mieux le gérer, j’étais ravie parce que même si j’avais quelques clés et un comptable, je suis toujours à la recherche d’astuces et de trucs pour moins stresser avec tout ça. Je vous donne mon mix d’astuces avec ce que j’ai pu apprendre grâce au coaching de Julia dans cet article aujourd’hui !

Astuce n°1 : vous n’êtes plus salarié, ne pensez plus salaire

C’est un automatisme, on a tendance à vouloir comparer son salaire net à une rémunération freelance, histoire de se rassurer. Sauf que le salaire, c’est du net, la rémunération est en brut. En freelance, on doit enlever ses charges (fixes et sociales), ce que l’on veut mettre de côté aussi et réfléchir à ce que l’on peut se payer en fonction des missions du moment. Quand je dis d’oublie le salaire, c’est que je vis uniquement de mon activité de freelance à ce jour.

Pour ma part, j’ai quasiment que des missions longues (6 mois, 1an et plus), donc j’ai tendance à avoir des revenus réguliers et une rémunération plutôt stable. Si vous avez des missions variées (courtes, moyennes ou longues).

Il faut jongler et anticiper là dessus pour éviter de manger des pâtes pendant plusieurs mois.

Astuce n°2 : fixer un tarif horaire

Rien de plus dur que de fixer un tarif. On souhaite être payé au juste prix, ne pas être en dessous, ni au dessus. Payez ses factures, voir même mettre de côté. Parfois c’est juste avoir une rémunération à la justesse de ses prestations. Tout ça mixé avec de l’estime de soi, de la concurrence, de la demande et de l’offre. On obtient un savoureux prix à l’heure.

Non en vrai, il faut globalement regarder bien vos dépenses, vos entrées, vos besoins pour déjà savoir de combien vous avez besoin. Evidemment checker la concurrence pour s’aligner. Il est difficile de savoir combien coûte son travail, mais une chose est certaine : ne vous sous-estimez pas et ne rabaissez pas vos prix sous prétexte que le concurrent propose 30% de moins pour la même chose. Car parfois, c’est juste le client qui cherche à faire baisser le prix car c’est un radin et qu’il vous prend pour un pigeon. Ce n’est pas parce que vous êtes freelance qu’un prospect peut vous sous payer.

Astuce n°3 : n’oubliez pas vos factures

N’hésitez pas à relancer, n’oubliez pas de les envoyer à l’heure. L’amour des rappels ! J’en mets partout et aussi pour ça : pour les envoyer en temps et en heure, pour bien les comptabiliser et surtout pour savoir si elles ont bien été payées. Il peut arriver qu’un client vous oublie, volontairement ou non. Il n’y a pas de mal à lui demander quand viendra le règlement et à faire appliquer si besoin vos droits.

Astuce n°4 : faites un suivi de votre activité financière

Usez de tous les outils nécessaires : tableau excel, suivi via vos outils comptables. Il est important d’anticiper et de savoir où vous en êtes. C’est un vecteur de motivation forte chez moi ! De voir combien rentrent, est-ce que mes objectifs sont atteints ? Puis-je investir dans ce nouvel appareil pour mon activité ? C’est ultra motivant et aussi rassurant, car si vous n’atteignez pas le but ou si un souci arrive, grâce à vos outils, vous aurez anticiper de mettre de côté pour ce souci passager.

Astuce n°5 : n’oubliez pas de payer vos charges

Aidez-vous de tous les moyens à votre disposition pour ne pas oublier et calculer vos charges. Celles que le RSI, la RAM, la CIPAV ou encore l’URSSAF vous demanderont (ou parfois vous oublieront, mais pas pendant très longtemps). Personnellement, j’ajoute des rappels car je me suis fait plusieurs fois très peur, d’avoir oublié de payer. Que ce soit mensuel ou trimestriel, on s’y perd vite. Les calculer aussi vous permet de savoir si vous pouvez vous rémunérer autant ou non, cela évite les mauvaises surprises !

Astuce n°6 : prenez du temps pour suivre vos comptes

Les recettes, les dépenses, les charges à payer, les deadlines… C’est l’astuce que j’ai le plus de mal à suivre. Petite anecdote : j’ai 4 mois de retard dans l’établissement de mes notes de frais côté comptable car le temps de tout mettre en place, je dois donc tout faire et vite pour rattraper le temps perdu ! Il vaut mieux passer 1 heure par semaine pour sa comptabilité qu’une journée (voir plus) tous les mois comme je peux le faire, dans la panique et la sueur.

Les chiffres ne sont peut-être pas vos amis, mais c’est grâce à eux que vous pourrez jauger si votre rémunération est juste ou non.

Astuce n°7 : faites vous aider dès le départ

Je pense que c’est l’un des conseils les plus importants : vous êtes responsable de votre activité, mais surtout vous n’êtes pas expert en tout (et moi, encore moins quand on parle comptabilité, je hais les chiffres). Avant même de vous lancer, n’hésitez pas à vous faire aider. Quel que soit votre budget au départ, vous pouvez (et même devez) investir dans un accompagnement côté chiffre.

Que ce soit avec un coaching comme celui de Julia qui est super bien construit, particulièrement pour les micro-entrepreneurs, avec une aide d’une pépinière d’entreprise ou un comptable tout au long de votre aventure freelance. Vous ne savez pas à quel point c’est un stress en moins de ne pas s’occuper de tout ça !

*Merci à Julia pour son coaching personnalisé que j’ai pu tester gratuitement :)

1 Petit Mot

Ecrit un Petit Mot