Je devrais plutôt dire : être freelance 3 mois et des brouettes car je me suis lancé officiellement le 21 mai 2016. On a donc bien dépassé la date. Ce lancement a été entre précipitation et grosse envie qui se concrétise suite à la fin de mon aventure CDI. Je peux vous dire aujourd’hui que je ne regrette rien.

Depuis fin mai, je n’ai fait qu’enchaîner le boulot, aller voir mes clients car oui, j’ai eu cette chance : trouver des clients très vite pour travailler tout de suite. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à quitter mon CDI à la base car j’avais ces opportunités. Je n’aime pas trop mettre ça sur le compte de la « chance » mais j’avoue que le réseau aide beaucoup.

Dès que j’ai quitté mon ancien job de responsable de com, je savais tout de suite ce que je voulais, c’est pourquoi depuis fin mai je suis Community Manager Freelance pour un grand compte et une TPE/PME en ce moment. Je suis encore en train de finaliser mon site web et je n’ai pas encore de cartes de visite (on m’a d’ailleurs demandé plusieurs fois la mienne et je me retrouvais bien bête en bredouillant que je n’avais pas encore eu le temps d’en faire !)

Je suis officiellement freelance et ça fait du bien.

Je vous détaillerais dans un prochain article tous mes services et mon nouveau site pro pour faire les choses bien, je vais me concentrer sur quelques conseils et mon ressenti durant ces 3 premiers mois.

Anticiper et bien réfléchir son projet

Vous pourrez me dire que je me moque un peu du monde car j’ai quitté mon CDI et entamé ma vie de freelance dès le lendemain ! Seulement, cela fait des années que je me dis que je travaillerais un jour pour moi, pour ce que j’aime faire et avec qui je souhaite. C’est aujourd’hui le cas et je suis quelqu’un qui anticipe beaucoup (c’est parfois chiant dans la vie perso, certains peuvent le confirmer aha).

Anticiper, c’est sur plusieurs aspects : financier (vais-je tenir suffisamment avec ce que j’ai de côté ? Avec mes aides Pôle Emploi ?), pour définir vos envies, ce que vous voulez faire et vous fixer quelques objectifs pour vous guider. Réfléchir à ce qu’on a envie de faire permet de poser les bases de votre nouvelle aventure. Rien n’est figé, il faudra le modifier en cours de route mais avoir une carte pour démarrer est toujours utile.

ÊTRE BIEN ACCOMPAGNÉ

Une chose que je me disais quand je pensais à travailler pour moi, c’est d’être bien accompagné dans les choses que je ne voudrais pas faire, n’aurais pas le temps de le faire ou tout simplement parce que ce n’est pas mon corps de métier. Par exemple, avoir un comptable. C’est un luxe pour certains mais pour moi, c’est une nécessité.

J’ai pu me lancer avec des clients sur le long terme ce qui me permet de voir loin et d’avoir cette sécurité et ce « luxe » pour certains d’avoir un comptable. Je ne suis pas en auto entreprise mais en EIRL (car je savais que j’allais dépasser le seuil d’auto entrepreneur la première année, j’ai donc anticipé – cf premier point) et le comptable était le point non négociable.

Être bien accompagné c’est aussi être entouré de personnes qui vous soutiendront dans votre projet, votre aventure.

Vous serez suffisamment dans le doute le stress pour vous descendre tout seul avec vos questions qui vous réveilleront la nuit (true story) alors ne vous entourez pas (si possible) de gens qui vous diront : « Et tu vas faire comment pour la retraite ? Et pour les vacances ? Et quand tu seras malade ? »

Être freelance : 3 mois après

avoir confiance en soi

Comme je le disais, vous allez avoir des doutes, vous posez un tas de questions, vous dire qu’il faut tout arrêter et que vous allez manger des pâtes pendant 10 ans et partir en vacances à 10km de chez vous car vous ne pourrez pas vous payer. Repensez à ce qui vous a poussé à tout quitter, changer de vie et faire en sorte de vous lancer, ça vous aidera beaucoup.

C’est une aventure, un nouveau chemin que vous empruntez et tout est possible.

Et ce chemin sera plein d’obstacles, de moments chiants et pas drôles, de chiffres (ahahaa, mon cauchemar ! J’étais en train de faire mes notes de frais juste avant d’écrire cet article d’ailleurs) mais qu’est ce que ça fait du bien. ! Certes, ça ne fait que 3 mois mais qu’est ce que j’aime travailler chez moi, tranquillement quand je veux, avec qui je veux ! Car oui, vous pouvez dire non. Vous avez le droit et le devoir pour vous même de dire non au projet que vous ne sentez pas.

C’est d’ailleurs mon cas, j’ai proposé un devis à un client qui n’avait pas le budget pour mes services. Même en négociant et discutant, ça ne l’a pas fait et il ne m’a jamais recontacté. Je me suis demandé quelques jours après si je devais baisser mes tarifs pour travailler pour ce client, mais finalement je ne regrette pas de ne pas lui avoir couru après car ce serait sous estimer ce que je propose et surtout, baisser la valeur de mon travail et mes compétences.

Ayez confiance en votre valeur, vos compétences et vos connaissances. Elles valent quelque chose et cela se paie.

¨être rigoureux mais pas trop

Je finirais sur ce point surtout pour ceux qui peuvent avoir une baisse de motivation ou qui ont du mal à s’organiser. Cet été, c’était parfois difficile de se mettre au boulot, je n’ai pas vraiment eu de vacances mais les clients sont là et il faut bosser pour se payer.

Au début, vous allez pouvoir tester plusieurs choses pour vous organiser, faites en sorte de trouver ce qui fonctionne pour vous : le papier, l’ordinateur, les post it (oui, j’en utilise encore beaucoup et avec le ventilo, ce n’est pas pratique) Trouvez tout ces petits trucs qui feront que vous cocherez votre to do list à la fin de la journée. C’est une satisfaction indescriptible de cocher ou rayer toutes ces choses à faire !

Mais surtout, accordez vous des pauses ! C’est une chose que j’ai du mal à faire. Dans mon ancien boulot déjà, je voulais toujours finir tout, sauf qu’il y en avait plus encore qui arrivait. Et en freelance, c’est la même mais je ne suis toujours pas assez discipliné pour m’arrêter, faire un thé, câliner Ghost, faire une pause tout simplement. Ne soyez pas l’esclave de vos tâches et ne mettez pas la barre trop haut. Même si tout va très vite quand on se lance, il faut savoir souffler un peu 🙂

Dans un prochain article, je vous parlerais des côtés que j’aime dans ma nouvelle vie de freelance et aussi des côtés techniques comme mon statut, les démarches ou les aides que j’ai pu avoir. Je pense que cela pourra en aider plus d’un car de plus en plus de personnes se lancent dans l’aventure freelance. Si vous avez des questions, c’est le moment 😉

Et toi, tu veux devenir freelance ?

 

10 Petits Mots

  1. peut être pas freelance, mais travailler chez moi, oui ! Mais je me demande si je saurais me discipliner. Je réfléchis justement à des projets dans ce sens…. A suivre !

  2. Je viens seulement de tilter ton nouveau design, c’est super joli. J’ai absolument hâte de voir ton site pro pour me faire une idée de ce dans quoi tu t’es lancée parce que je suis très impressionnée par ta décision de devenir freelance. Je n’aurais jamais ce courage je pense. En tous les cas, tu as l’air super épanouie et je suis super contente pour toi. Bonne continuation 😀

    • Kinoko Répondre

      Merci beaucoup 😀
      Oui je suis contente d’être enfin mon propre patron, pour le moment c’est une super décision sur pleins d’aspects de ma vie donc je suis ravie !

  3. Ton article tombe à pic puisque je quitte mon travail en octobre pour me lancer en freelance… J’ai peur et surtout, je ne connais pas vraiment la législation vu que j’habite en Allemagne… Bref, une partie de plaisir s’annonce mais si c’est pour regagner ma liberté 😀

    • Kinoko Répondre

      J’étais dans la même situation au début, je te conseille de te renseigner auprès de personnes qui bossent en freelance ou TNS en Allemagne ou voir comment cela s’organise pour l’accompagnement (peut être mieux qu’en France, je te le souhaite !) Bon courage 🙂

  4. Ah oui la question de la retraite, il faudrait que je m’en préoccupe, bientôt 4 ans que je suis CM freelance ! Bravo pour ce beau démarrage 🙂

    • Kinoko Répondre

      Il y a aussi la prévoyance, la mutuelle blalalala je suis en plein dedans, les papiers ralala… Merci beaucoup 😀

  5. Ça me tente. De plus en plus. Mais je dois avouer que ça me fait quand même un peu peur.
    Je ne sais pas si je suis faite pour ça. Pour le moment, j’en suis encore à mes études (même si, clairement, je pourrais très bien commencer à bosser tout de suite, si je le pouvais).
    Ça me fait un peu peur parce que je me dis que… J’ai peut-être besoin d’être encadrée finalement ? Et puis tous les autres trucs que tu mentionnes.

    Je pense que je commencerai à bosser dans une boîte. Et puis… Je me lancerai peut-être après ! 🙂

    • Kinoko Répondre

      Il faut prendre le temps de la réflexion et faire ce qui te semble juste. Dans le fond, je savais que c’est ce que je voulais et j’ai mis du temps à passer le cap. Il faut parfois se pousser et oser car comme on dit, on n’a qu’une vie 😉
      Mais tu as tout le temps devant toi pour tester les choses donc profite 😀

Ecrit un Petit Mot